Service des Infrastructures Neuchâtel
 > Accueil  > Bureau technique  > Grands travaux  > 'La Maladière'  > La Pierre-à-Mazel
Page pour impression


La Pierre-à-Mazel

L'historique

Jadis limite des grèves concédées par Jehanne de Hochberg à la Ville de Neuchâtel en 1537, la Pierre-à-Mazel est un lieu inséparable de l'histoire de Neuchâtel.

Cet affleurement rocheux, plus ou moins immergé selon le niveau du lac, faisait partie du paysage neuchâtelois. Plusieurs gravures et peintures se font encore les témoins de l'intérêt que suscitait cet îlot dans la population jusqu'à la fin du XIXème siècle.

La Pierre à Mazel
La Pierre-à-Mazel
Gustave Jeanneret (1847-1927)

L'origine du nom de la Pierre-à-Mazel n'est toujours pas connue avec certitude. Pour certains, il s'agirait d'un dérivé du mot "macellum" signifiant "boucherie" et serait le vestige d'anciens abattoirs ou ferait allusion à sa forme rappelant l'étal des bouchers. D'autres pensent plus simplement qu'elle désigne un endroit ayant appartenu à un vigneron du nom de Mazelier. D'autres encore, se référant à une légende, prétendent que ce lieu fut dans les temps les plus reculés un autel consacré à Neptune et sur lequel des sacrifices humains étaient faits. Mais l'hypothèse la plus plausible semble venir d'un dérivé du mot "mazel" signifiant lépreux en français moyenâgeux. La Pierre-à-Mazel se trouvait en face de La Maladière qui abritait autrefois un certain nombre de malheureux atteints de la lèpre ou d'autres maladies contagieuses. Il est concevable que l'îlot reçu de ce fait le nom de "Pierre aux lépreux".

Rivage de la Maladière
Rivage de la Maladière en 1865
(d'après un croquis de Alfred Godet)


Dans les remblais

Suite au remblayage progressif de ces rivages, qui débuta en 1881, la Pierre-à-Mazel disparu du paysage vers 1904, lorsque les comblements l'eurent complètement entourée.

Un quart de siècle plus tard, son sommet émergeait toujours d'une vingtaine de centimètres du terrain de gymnastique qu'on avait aménagé en ce lieu. En 1943, le Conseil communal décida de marquer la valeur historique de cet endroit en y apposant une plaque commémorative ainsi qu'une boîte métallique contenant divers documents témoignant de cette époque.

La plaque commémorative de la Pierre-à-Mazel
La plaque commémorative
photo : Robert Michel


Le chantier de 'La Maladière Centre'

En 2004, en raison des travaux du nouveau complexe de 'La Maladière Centre', la pierre a été dégagée des remblais dans sa partie supérieure. Une journée de visite a été organisée le 6 novembre durant laquelle plus d'une centaine de personnes présentes ont pu voir, grimper ou se faire photographier sur ce bloc de calcaire dans son emplacement naturel.

Sommet de la Pierre-à-Mazel
La partie supérieure de la Pierre-à-Mazel sortie des remblais

La construction du bâtiment ne permet pas le maintien du minéral in situ. C'est pourquoi lundi 22 et mardi 23 novembre 2004 l'affleurement rocheux a été décaloté. La partie supérieure, trop fissurée pour être sciée et déplacée d'un seul tenant, a été soigneusement fracturée en plusieures parties suivant les fissures et la veine de la pierre. Les blocs furent ensuite numérotés un à un afin qu'ils retrouvent leur place dans le puzzle lors du remontage. Au préalable l'ensemble a fait l'objet d'un relevé photographique et topographique indispensable lorsqu'il s'agira de le replacer.

Décalotage de la Pierre-à-Mazel
Morcellement de la partie supérieure

Un groupe de réflexion s'est formé pour trouver un nouvel emplacement à la pierre qui devrait demeurer à un endroit proche de son lieu d'origine et en principe dans une même position (orientation et inclinaison).
En attendant de renaître sur un nouveau site, les blocs de la partie supérieure sont entreposés provisoirement dans l'enceinte de la station d'épuration.

La Pierre-à-Mazel
Entreposage provisoire des blocs

L'Institut de géologie de l'Université de Neuchâtel étudia la nature même du rocher dans le cadre d'un projet du Fonds national.


Nouvel emplacement pour la Pierre-à-Mazel

Pour redonner à la Pierre-à-Mazel sa vocation première de limite du territoire de la ville, il fut donc décidé de déplacer le sommet de la pierre au bord du lac, entre Monruz et le Laténium, à la frontière entre Neuchâtel et Hauterive. Seul le fragment culminant sera conservé.

Mise en place du sommet de la Pierre-à-Mazel
Mise en place du sommet de la Pierre-à-Mazel

C'est donc sur ce nouveau site, avec la même orientation et la même inclinaison d'origine et avec la même fonction cadastrale qu'elle reçu au XVIème siècle, que repose désormais ce symbole neuchâtelois, orné d'une plaque commémorative et d'un point de limite communale.

La nouvelle plaque commémorative
La nouvelle plaque commémorative

Point de limite communale
Point limite : à l'Ouest Neuchâtel, à l'Est Hauterive

Les représentants des autorités communales de Neuchâtel et d’Hauterive ont fêté son installation à la frontière des deux communes jeudi 10 mai 2007, 470 ans jour pour jour après que Jehanne de Hochberg a concédé les grèves à la Ville jusqu’à la Pierre-à-Mazel.

Cérémonie officielle du 10 mai 2007
Cérémonie officielle du 10 mai 2007

À deux pas de ce concentré de vestiges et d'histoire qu'est le Laténium, ce bloc d'urgonien blanc semble parfaitement à sa place et ceci pour longtemps peut-être …

La Pierre-à-Mazel