Gestion des arbres

Neuchâtel, cité des arbres

Près de 200 espèces ligneuses poussent sur la commune de Neuchâtel, un patrimoine extrêmement riche que l’on ne soupçonnait pas il y a encore une décennie. En milieu urbain, ces grands végétaux subissent diverses atteintes. Il est donc nécessaire de leur assurer une certaine protection. Depuis quelques années, la Ville de Neuchâtel s’est dotée de nouveaux instruments pour gérer son territoire. En 1994, elle adopte le nouveau plan directeur dans lequel la gestion du patrimoine vert est englobée.

Dans le prolongement de cette action, un inventaire de 2323 arbres marquants situés hors des forêts a été établi en 1995: il s’agit de spécimens isolés (546) ou en groupes (1777). 166 d’entre eux ont été désignés comme remarquables (118 en ville et 48 à Chaumont) en fonction de leur situation, de leurs dimensions, ainsi que de leur valeur botanique et/ou historique, ce qui leur confèrent un statut d’objet naturel ou paysager protégé.

Tronc d'érable, lierre et punaises au Mail (septembre 2001)

Le plan d’aménagement et son règlement, entrés en vigueur en 1999, traitent de toutes les interventions sur le patrimoine arboricole de la ville, ceci dans le but de le préserver à long terme. Il y est précisé que tout abattage et élagage d’un arbre, dont le tronc, à un mètre de hauteur, a une circonférence de plus de 60 cm, doit être soumis à une autorisation. Cette disposition est valable sur le domaine public, mais également sur les terrains privés.

Les vergers et arbres fruitiers isolés sont non seulement protégés, mais il faut veiller à les maintenir ou à les rajeunir. Toute personne enlevant un fruitier sur son terrain doit le remplacer par un arbre à haute tige. La législation favorise également les cordons boisés, les haies et les bosquets. Par ailleurs, toute atteinte à un arbre (dégâts au tronc ou aux racines, prévention insuffisante lors de travaux), délibérée ou non, est assimilée à un abattage sans permission.

Lorsqu’une autorisation d’abattage est délivrée, une compensation est exigée: tout individu disparu doit être remplacé, en plantant si possible un exemplaire de la même essence et sur la même parcelle. Si ces conditions ne peuvent pas être remplies, une contribution compensatoire est calculée et la plantation est effectuée dans un espace public. Cela ne concerne toutefois pas les coupes pour raisons sanitaires ou de sécurité.

Un registre des demandes d’autorisation est tenu afin de préserver le patrimoine naturel de la ville et assurer sa continuité. Des contrôles sont faits par une personne compétente du Service des parcs et promenades, d’une part pour décider du bien-fondé d’une intervention, et d’autre part pour confirmer les mesures d’entretien et de compensation.

Sur le domaine public, les stratégies adoptées divergent en fonction de chaque situation. Ainsi, pour les parcs, mais également pour les arbres d’alignement, l’intervention est planifiée sur un long terme en fonction de la gestion du lieu et du développement des individus. Pour ce faire, un plan d’arborisation est en cours d’élaboration. Certains arrangements ont pour fonction de marquer les entrées de la ville, d’autres servent d’éléments d’orientation et d’accentuation du tissu urbain, ou encore mettent en relief les lieux d’échange. De même, la plantation des rives du lac a été conçue de façon à former une unité. Une allée d’arbres est une intention urbanistique claire, mais également un milieu de vie pour une multitude d’animaux, de champignons et d’autres végétaux.

Françoise Martinez (Service des parcs et promenades)


Outils de gestion
Outils de gestion
Arbres à faune
Arbres à faune
Problèmes liés aux arbres
Problèmes liés aux arbres
Valorisation des déchets végétaux
Valorisation des déchets végétaux
Protection des troncs
Protection des troncs
À propos des tilleuls
À propos des tilleuls
Aidez-nous à combattre le capricorne asiatique
Aidez-nous à combattre le capricorne asiatique
Arbre en fête à Noël
Arbre en fête à Noël


Liste des abattage d'arbres

2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Liste des abattages 2005
Liste des abattages 2006
Liste des abattages 2007
Liste des abattages 2008
Liste des abattages 2009
Liste des abattages 2010
Liste des abattages 2011
Liste des abattages 2012
Liste des abattages 2013
Liste des abattages 2014
Liste des abattages 2015
Liste des abattages 2016
 
Liste des abattages 2018

Gestion du patrimoine arboré 2017 (44 Ko)
Concept de plantations d'arbres en ville 2018 (530 Ko)
Gestion du patrimoine arboré 2016 (217 Ko)
 
Gestion du patrimoine arboré 2015 (234 Ko)
 


Conservation des vieux arbres et des insectes du bois en Ville de Neuchâtel

Voici une affiche que Sylvie Barbalat, notre scientifique externe, a fait en collaboration avec le service des Parcs et promenades pour une présentation lors d'un congrès à Chambéry.

Conservation des vieux arbres et des insectes du bois en Ville de Neuchâtel (459 Ko)


Neuchâtel, cité des arbres

de Marie-Marguerite Duckert-Henrioud, Blaise Mulhauser et Stéphanie Perrochet.

Il est en vente à la boutique du Musée d'histoires naturelles de Neuchâtel.

Avant-propos du livre

Nous avons plus besoin de l’arbre qu’il n’a besoin de nous. Il est là sous la toiture, dans nos meubles, nos papiers, nos cheminées, nos crayons, nos fruits, nos remèdes... et l’oxygène qu’il produit nous permet de ne pas suffoquer sous les monoxydes de carbone de nos propres inventions.

Pourtant, quelle place lui laissons-nous? Celle, hélas, d’un faire-valoir encastré dans les bacs de nos certitudes urbanistiques. La population suisse est l’une de celles qui a la plus grande espérance de vie au monde, 80 ans en moyenne. Lorsque nous lui laissons le temps de grandir, l’arbre atteint naturellement ce chiffre dans la force de l’âge. En ville, le constat est plutôt amer: sa longévité ne dépasse pas le demi-siècle. Elle est donc bien plus faible que celle d’un être humain. En revanche, plus haut, dans les forêts profondes, il peut croître pendant des siècles, symbolisant l’exemple même de la durabilité, un vrai palais dans lequel les petits peuples invisibles vivent en équilibre.

Au-delà d’une simple présentation botanique, mon souhait le plus cher est de permettre au lecteur de mieux regarder. Présomptueux? Certainement. Pourtant, en préparant ce livre, j’ai été surpris d’entendre un photographe de la place me dire: "Parce qu’il y a des arbres en ville?" Je ne lui lancerai pas la première pierre; j’ai moi-même passé pendant plusieurs années devant un tulipier majestueux sans même le voir! Comment peut-on effacer de notre vision des éléments aussi importants de notre paysage urbain? A l’architecte-paysagiste qui n’y voit qu’une structure ou au propriétaire souvent enclin à exercer son pouvoir de vie et de mort, j’aimerais dire: "Plantez moins, mais pour plus longtemps. Protégez vos arbres en leur laissant la place de grandir. Quand vous aurez disparu, ils resteront les témoins de votre action pour un développement durable".

Les arbres racontent Neuchâtel. Les auteurs ont réalisé d’importantes recherches dans les archives et les écrits sur la cité pour mettre en lumière cette histoire particulière de la ville et de ses lieux-dits. Certains sont désormais célèbres: le pommier de la rue du même nom, le mûrier de la place du marché, le tilleul du Banneret et son compère l’Y, le tilleul de Choqueroue, l’orme de l’Ancre et le hêtre pleureur du jardin de Dürrenmatt, sans oublier les chênes séculaires des forêts bordant la ville. Condensés dans un seul opuscule, ces souvenirs immémoriaux n’en prennent que plus de valeur.

 

Blaise Mulhauser, Neuchâtel le 27 juillet 2002

 

Neuchâtel, cité des arbres

Neuchâtel, cité des arbres
Chêne tricentenaire de
Champ-Monsieur (mai 2002)