Service des Infrastructures Neuchâtel
 > Accueil  > Parcs et promenades  > Gestion des arbres  > Avant-propos
Page pour impression


Gestion des arbres

L'arbre, un vrai palais de l'équilibre

 

Avant-propos du livre "Neuchâtel, cité des arbres"

Nous avons plus besoin de l’arbre qu’il n’a besoin de nous. Il est là sous la toiture, dans nos meubles, nos papiers, nos cheminées, nos crayons, nos fruits, nos remèdes... et l’oxygène qu’il produit nous permet de ne pas suffoquer sous les monoxydes de carbone de nos propres inventions.

Pourtant, quelle place lui laissons-nous? Celle, hélas, d’un faire-valoir encastré dans les bacs de nos certitudes urbanistiques. La population suisse est l’une de celles qui a la plus grande espérance de vie au monde, 80 ans en moyenne. Lorsque nous lui laissons le temps de grandir, l’arbre atteint naturellement ce chiffre dans la force de l’âge. En ville, le constat est plutôt amer: sa longévité ne dépasse pas le demi-siècle. Elle est donc bien plus faible que celle d’un être humain. En revanche, plus haut, dans les forêts profondes, il peut croître pendant des siècles, symbolisant l’exemple même de la durabilité, un vrai palais dans lequel les petits peuples invisibles vivent en équilibre.

Chêne tricentenaire de Champ-Monsieur
Chêne tricentenaire de
Champ-Monsieur (mai 2002)

Au-delà d’une simple présentation botanique, mon souhait le plus cher est de permettre au lecteur de mieux regarder. Présomptueux? Certainement. Pourtant, en préparant ce livre, j’ai été surpris d’entendre un photographe de la place me dire: "Parce qu’il y a des arbres en ville?" Je ne lui lancerai pas la première pierre; j’ai moi-même passé pendant plusieurs années devant un tulipier majestueux sans même le voir! Comment peut-on effacer de notre vision des éléments aussi importants de notre paysage urbain? A l’architecte-paysagiste qui n’y voit qu’une structure ou au propriétaire souvent enclin à exercer son pouvoir de vie et de mort, j’aimerais dire: "Plantez moins, mais pour plus longtemps. Protégez vos arbres en leur laissant la place de grandir. Quand vous aurez disparu, ils resteront les témoins de votre action pour un développement durable".

Les arbres racontent Neuchâtel. Les auteurs ont réalisé d’importantes recherches dans les archives et les écrits sur la cité pour mettre en lumière cette histoire particulière de la ville et de ses lieux-dits. Certains sont désormais célèbres: le pommier de la rue du même nom, le mûrier de la place du marché, le tilleul du Banneret et son compère l’Y, le tilleul de Choqueroue, l’orme de l’Ancre et le hêtre pleureur du jardin de Dürrenmatt, sans oublier les chênes séculaires des forêts bordant la ville. Condensés dans un seul opuscule, ces souvenirs immémoriaux n’en prennent que plus de valeur.

 

Blaise Mulhauser, Neuchâtel le 27 juillet 2002